La viticulture biologique repose sur une conduite agricole strictement réglementée et vise une production de vin d'une bonne qualité environnementale.

   La mention « biologique » implique le respect d'un cahier des charges précis, du vignoble à la bouteille. Depuis août 2012, l'obtention du label européen d'agriculture biologique exige des vignerons qu'ils cultivent et vinifient leurs raisins selon les normes définies par la réglementation de l'agriculture biologique.

   La viticulture biologique n'autorise pas l'utilisation de produits contenant des molécules organiques de synthèse pour l'entretien et la protection de la vigne. La vinification est limitée à l'utilisation de certains intrants d'origine naturelle. L'usage du soufre est moindre par rapport à une pratique de culture conventionnelle.

   Des organismes, reconnus par les pouvoirs publics sont habilités à certifier le caractère biologique de la production des raisins et des vins : Ecocert, Qualité France, Bureau Veritas (ex Ulase).