Les vins ou autres alcools bio du producteur Domaine Guignier

Michel Guignier artisant-vigneron propriétaire de 10 hectares situés à Villé-Morgon au cœur de l'appellation Morgon dans le département du Rhône

Résultats 1 - 3 sur 3.
Résultats 1 - 3 sur 3.

Michel est la quatrième génération de vignerons chez la famille Guignier, il est établi dans le vignoble du Beaujolais. C’est à l’âge de 10 ans en 1975 plus précisément, que lui vient l’attrait pour le métier de la vigne. Cette volonté de faire de la viticulture son métier, se confirme à l’âge de 14 ans où il intègre une école viticole par apprentissage. C’est à cette période qu'il réalisera plusieurs stages dans différents vignobles de France et ceci pendant une durée de 4 ans. En 1989 Michel s’installe à Villié-Morgon sur les 10 hectares du domaine familial. Dans un premier temps travaillant avec son père, il s’oriente dans une démarche de technique au service de la viticulture où la chimie a une place prépondérante. Cependant il comprend très vite que cette voie n’est aucunement pérenne ni viable. Étant soucieux de la préservation du terroir et du monde vivant qui le compose, Michel choisit une voie totalement différente de ses parents. En effet avec le soutien et l’aide de sa femme il bascule vers la voie biologique et choisit d’entamer de gros travaux de conversion à partir de 2004. Pour lui, l’agriculture biologique permet d’avoir une meilleure définition et une expression plus précise du gamay puis des différents terroirs du Beaujolais. Tout cela passe par un respect fondamental du matériel végétal qu’est la vigne ainsi que de son écosystème. Au chai Michel a choisi d’élaborer des vins authentiques et sincères, vinifiés le plus naturellement possible. Ici aucun artifice, ni intrant œnologique et des doses de soufre très modérées voir homéopathiques. Les élevages se déroulent en barriques usagées, car le but n’est pas de faire des vins boisés mais d’oxygéner les vins afin de les assouplir et de les stabiliser. Depuis 2006 4,50 hectares sont convertis en agriculture biologique d’ici 3 ans 2 hectares supplémentaires seront convertis.